Brusselicious 2012

“Un cornet de frites” ou encore “une moules à gaufres” ont pu retenir votre attention dans les rues de Bruxelles depuis le samedi 31 mars.

Ces œuvres font partie de l’exposition Brusselicious XXL lancée dans le cadre de l’année de la gastronomie. Décorée par des artistes belges, 35 œuvres en rapport avec le monde de la nourriture ont envahi des lieux publics Bruxellois.

Les sculptures identiques au départ ont toutes été customisées. Plus d’une centaine d’artistes ont répondu à un appel d’offre lancé sur les réseaux sociaux. Trente d’entre eux ont été sélectionnés par un jury de professionnels. Quant aux cinq dernières sculptures, leur décoration a été prise en main par différentes écoles bruxelloises d’art et de mode.

A Bruxelles, les communes d’Anderlecht, Auderghem, Etterbeek, Evere, Ganshoren, Ixelles, Jette, Koekelberg, Saint-Gilles, Saint-Josse, Uccle et de Bruxelles-Ville ont pris part au projet. Les œuvres y sont exposées jusqu’au 21 juin. A partir du 22 juin et ce jusqu’au 21 septembre, l’exposition rassemblera toutes les œuvres dans le parc royal de Bruxelles.

Fin septembre le public pourra s’approprier ces œuvres pour la modique somme de 2500€ si l’acheteur s’engage à l’exposer dans un lieu public ou pour 7500€ si ce n’est pas le cas.

Cette exposition se révèle être un grand succès. Grâce à elle beaucoup de bruxellois, en plus de nombreux touristes, ont porté un œil nouveau sur la gastronomie belge…


Publicités
Tagué , , , ,

ING allie sponsoring sportif et réalité augmentée

Pour son partenariat avec l’équipe nationale allemande de basketball, ING a créé un panneau d’affichage qui permet aux adeptes du smartphone de faire des lancers-francs.  Pour pouvoir jouer à ce jeu virtuel, les participants doivent être connectés à Facebook. Les jeunes constituent la cible que la banque souhaite toucher.

Les panneaux permettant au public de s’y connecter via leur smartphone sont situés aux abords de gymnases. Une fois connecté à son compte Facebook, le jeune en possession de son smartphone peut tenter trois lancers. Ces derniers sont pris  photographiés et postés en instantanné sur le mur du joueurs. Les « amis Facebook » de celui-ci peuvent alors « liker » son score et être tentés, d’eux aussi de faire des lancers de ballon.

ING a une fois de plus réussi sa démarche de marketing . Elle cible en général un public jeune et souhaite donner l’image d’une banque à l’écoute de ceux-ci.  Elle doit aussi se diversifier au niveau de son sponsoring sportif. Si la société avait beaucoup de succès en sponsorisant le Grand Prix Formule 1, cela ne correspondait pas à sa démarche de responsabilité environnementale d’entreprise.

La controverse sur l’ex-directeur général de Yahoo!

Ce dimanche, un nouveau directeur général a été nommé pour Yahoo! Il s’agit de Ross Levinsohn qui vient remplacer Scott Thompson suite à une controverse quant à son curriculum vitae.

Arrivé il y a cinq mois à la tête de l’entreprise Yahoo!, Scott Thompson l’  « a quitté » ce week end. Outre son directeur général, un nouveau président du conseil d’administration a été nommé. Scott Thompson était sur le point de démissionner quand un article a été publié sur la cette démission due à des inexactitudes sur son CV.

Ce départ brutal se révèle aussi appuyé par le fonds spéculatif Third Point. Third Point voulait depuis un moment déjà élargir son accès au conseil d’administration de Yahoo! Le groupe avait réclamé la destitution du directeur général Thompson. Lors de la publication d’un document boursier, le CV de Scott Thompson aurait été embelli, lui ajoutant des compétences. A cette controverse s’ajoute le départ d’une autre administratrice du groupe, Patti Hart, qui aurait elle aussi triché sur ses diplômes.

Cela n’aide pas le groupe Yahoo! qui après quelque années de succès début des années 2000 connait une chute libre ces derniers temps. Cette controverse enfonce encore plus le groupe qui mettra d’après certains analystes plusieurs trimestres à se redresser.

Alors que la question de la pluralité des médias émerge de plus en plus au centre des questions sur l’Union Européenne, la mainmise des groupes économique sur les médias montre encore de sa force avec l’impulsion de Third Point sur le conseil d’administration de Yahoo!.

Faut-il se laisser faire et perdre un esprit critique au profit du pouvoir économique ou bien réagirons nous à temps?

 

Tagué , , ,

Entre tradition et course aux achats: les fêtes sont les cibles préférées des marketers

Le bal des fêtes commerciales s’ouvre avec la st Valentin, durant l’année il continue avec la fête des mères et celle des pères, puis se termine en grandes pompes avec le soir de Noël suivi de près par la st Sylvestre.

Au départ, ces fêtes ont pour but de rassembler les gens, de les pousser à partager leurs sentiments et mettre à l’honneur la famille, l’être aimé ou encore les parents. Depuis plusieurs années cependant, le public s’éloigne du sens profond de ces fêtes. On confond aimer et gâter, faire plaisir et acheter.

Beaucoup réalisent que la société a corrompu ces fêtes pour en faire des évènements quasi 100% commerciaux. Certains décident de ne pas jouer le jeu et déclarent la St Valentin ou la fête des mères tous les jours de l’année. Mais pour la majorité l’engouement commercial reste bien réel. Grâce à eux, le shopping et la fièvre acheteuse ont encore de beaux jours devant eux.

Cette tendance, les agences marketing l’ont bien saisie. A l’approche de ces fêtes, elles n’hésitent donc pas à bombarder les acheteurs de campagnes, plus originales et attractives les unes que les autres.

Profitons-nous finalement vraiment de ces moments ou passe-t-on à coté du principal ? En achetant un cadeau beaucoup pensent avoir rempli leur devoir… Au final ils ne savent même plus pourquoi ils le font et c’est bien dommage. Mais il ne s’agit que d’une minorité car beaucoup de ceux qui jouent le jeu des marketers, le font pour profiter de l’occasion et déclarer leur amour à ceux qui sont proches.

Tagué , , , , ,

Portes ouvertes des institutions européenes

Bruxelles accueillait aujourd’hui la 20eme édition de la journée portes ouvertes des institutions européens 2012. A cette occasion, chaque institutions européens proposaient une série d’activités.

En ce qui concernait la commission européenne le thème de cette journée était «  Plus fort ensemble ».  La journée ce déroulait dans le bâtiment symbole de l’union européenne à Bruxelles, le Berlaymont.

Tous les services  de la commission étaient représentés.Des jeux, animations en tout genre pour enfants et adultes ont ponctués cette journée. Ce  qui a permit à de nombreux curieux de découvrir l’univers des fonctionnaires. Mais aussi aux petits et grands d’apercevoir comment l’Europe fonctionne et quel est le travail que les fonctionnaires effectuent tous les jours.

Pendant cette journée, vous aviez la possibilité de visiter les bâtiments officiels de la commission européenne, voir et participer à une série de débats, visiter les stands d’informations, participer à de nombreuses animations dans les bâtiments de la commission mais aussi devant la commission, un village d’activités pour les enfants était aussi mis à la disposition des plus jeunes, des shows de danse, musiques et arts de rue étaient organisés sur l’esplanade devant le Berlaymont.

http://fetedeleurope.europa.eu

Tagué , , , , , , , , , , ,

Voyager avec Hello Kitty, c’est possible !

La compagnie aérienne Eva Airlines, basée à Taiwan, a décidé de collaborer avec Sanrio, la compagnie qui détient « Hello Kitty » pour créer trois avions de la célèbre marque au petit chat. Ces trois avions, qui sont en réalité des Airbus A330-300 volent maintenant dans une partie de l’Asie.

Mais lorsqu’Eva Airlines décide de faire une opération marketing, ils ne font pas les choses à moitié ! Du check-in qui se fait sur des bornes roses en forme de chaton, dans une salle rose pleine de rubans (toujours roses) au repas servi dans l’avion en forme de chaton, tout est décoré comme la célèbre marque. Même les hôtesses portent un tablier à l’effigie du petit chat ! (on ne vous laisse deviner la couleur dudit tablier) Vous ne quitterez l’univers enfantin qu’en quittant l’avion et en jetant votre carte d’embarquement qui est, elle aussi, rose avec vous-savez-qui dessus.

Une excellente initiative pour faire oublier la si connue phobie de l’avion ou pour voyager avec des enfants en bas âge. Tout est fait pour entrer dans le monde du petit chat japonais et pour oublier qu’on se trouve à 8000 mètres du sol, avançant à une vitesse moyenne de 900km/h. Un vrai régal pour amuser les enfants et fan de la célèbre marque !

De plus le prix de ces vols n’est en rien différent du prix des autres vols de la compagnie. Si vous passez un jour par Taiwan, pensez-y ! Mais il vous est quand même fortement conseillé d’aimer un minimum le chaton pour rentrer dans l’un de ces avions, parce que sans cela, le voyage risque de vous paraître long…très long !

Tagué , , ,

Une étoile qui fait scandale

Urban Outfitters accumule les scandales.

A quoi pouvaient bien penser les stylistes de la marque lorsqu’ils ont validé le tee-shirt masculin Wood Wood Kellog Tee? C’est la question que l’on se pose à la vue du modèle, de couleur jaune, orné sur la poche d’une broderie représentant une étoile à six bras évoquant immanquablement l’étoile de David, que les juifs étaient obligés de porter pendant la Seconde guerre mondiale. La marque de prêt-à-porter est aujourd’hui la cible de la Ligue Anti-Diffamation de Philadelphie (ADL).

L’association dénonce le très mauvais goût de la marque de vêtement qui a commercialisé un T-shirt affichant une étoile particulière épinglée à hauteur du cœur. L’ADL a réagi, condamnant le fait que « l’un de ses produits […] représente une nouvelle bévue. » Barry Morrison, directeur régional de l’ADL, a en particulier déclaré à Richard Hayne, PDG d’Urban Outfitters: « Nous trouvons l’usage de ce symbole offensant et d’un extrême mauvais goût, et nous sommes scandalisés que votre entreprise rende ce produit disponible à vos consommateurs. »

Dans son communiqué, l’ADL rappelle avoir déjà plusieurs fois reproché à Urban Outfitters des projets renforçant « les stéréotypes de différents groupes -chrétiens, Noirs, Irlandais, Mexicains, juifs… la liste est longue. » Elle exige des excuses immédiates de l’entreprise, ainsi que le retrait du produit de la vente. Le modèle n’est pas commercialisé en Europe.

Une photographie « non-représentative »

La réaction d’Urban Outfitters ne s’est pas fait attendre. D’après Brian SS Jensen, de chez Wood Wood, « l’étoile ne vise en aucune façon le peuple juif, les nazis ou l’Holocauste. Cette combinaison de motifs géométriques fait simplement partie de ‘State of Mind’, notre collection estivale. Nous nous sommes rendus compte de la ressemblance avec l’étoile de David dès l’entrée du prototype, et nous avons alors décidé de ne pas faire customiser l’imprimé. La photo publiée sur le site internet d’Urban Outfitters n’est pas représentative : elle devra d’ailleurs être remplacée. » La marque produit en effet le T-shirt Kellog sans son étoile. « Si avons blessé ou offensé qui que ce soit, nous en sommes désolés. Evidemment, ce n’était pas notre intention », ajoute encore Brian SS Jensen.

Urban Outfitters a commis l’erreur de publier sur son site internet la photographie d’un prototype qui n’était pas encore sorti. Cependant, la chaîne n’en est plus à son premier scandale. En 2004, la ligue anti-diffamation réprimandait déjà Urban Outfitters pour avoir mis en vente un modèle de T-shirt imprimé du signe du dollar et du texte ‘Everybody loves a Jewish Girl’ (‘Tout le monde aime une Juive’). Il y a quelques mois, la chaine faisait une nouvelle fois l’objet de critiques pour avoir utilisé un imprimé navajo de manière excessive (et injustifiée).

Le label s’est également attiré les foudres de la communauté irlandaise après avoir mis sur le marché un chapeau en honneur de la Saint Patrick : l’imprimé du couvre-chef montrait des irlandais en train de vomir. Urban Outfitters vend enfin la marque Obey, qui pare volontiers ses vêtements de messages anti-chrétiens et anti-capitalistes.

La photographie du T-shirt incriminé a depuis lors été supprimée du site internet.

Tagué , , , , ,

Pair, un réseau social pour les couples

Pair est un réseau social qui se limite à un seul contact car il est destiné exclusivement aux couples.  Disponible via une application iPhone, il existe depuis deux mois et a déjà été téléchargé près de 50 000 fois en quatre jours. Il s’inscrit dans la tendance à vouloir plus d’intimité à travers les réseaux sociaux.

Cela fait deux mois que les couples peuvent s’inscrire sur Pair. Ceux-ci peuvent alors utiliser le service de messagerie de ce réseau social. Ils disposent également d’une fonctionnalité de partage de photos et de vidéos. Ils peuvent dessiner simultanément sur l’écran. Il y a même une fonction de bisou virtuel, le « thumbkiss ». Lorsque les deux partenaires touchent l’écran au même endroit, cela fait vibrer leur téléphone portable.

Sur un réseau tel que Facebook, ou le nombre de contacts est très étendu, la limite entre les informations de l’ordre du privé et du public est confuse. C’est pourquoi certains réseaux, tels que Pair, tendent à s’inscrire dans un retour à l’intimité. Il y a aussi FamilyLeaf qui est exclusivement réservé aux membres de la famille et à d’autres réseaux réservés aux couples tels que Duet, Cupple et Coupliz.

Les créateurs de Pair expliquent sur leur blog comment leur est venue l’idée de ce réseau. C’était lorsque leur petites amies étaient restées au Canada alors qu’ils étaient à Mountain View.  Ils souhaitaient un outil d’échange personnalisé avec elles. Ils appréciaient également l’idée d’envoyer plus que de simples messages. De plus, à force d’extension, le réseau social de Facebook est devenu tellement connu que les discussions entre internautes n’ont plus aucune discrétion, en particulier pour les couples. L’idée était donc de retourner vers des échanges plus exclusifs et plus  confidentiels.


Tagué , , , , ,

Les enfants, victimes du marketing sur Facebook ?

Avec l’arrivée des réseaux sociaux s’est multiplié le nombre de publicités à notre portée. Puis, petit à petit, en plus de leur nombre sur nos pages Internet, se sont, à leur tour, multipliées les pages propres à une marque, une émission, un mouvement. Nous « aimons » tous sur Facebook nos émissions préférées, séries, marques.

Les réseaux sociaux remplissent une excellente fonction de marketing car de cette manière, les marques peuvent nous tenir au courant de toutes leurs nouveautés et promotions. Nous ne pouvons plus ne pas être au courant ! Pourtant, nous nous interrogeons aussi sur la présence de pages s’adressant aux enfants.

Prenons l’exemple de Facebook. L’âge légal pour pouvoir s’y inscrire est 13 ans. On peut déjà s’interroger sur cette limitation. Pourquoi 13 et pas 12 ou 16 ans ? Surtout que nous connaissons tous des enfants plus jeune que 13 ans qui ont leur propre compte Facebook, qui peuvent y mettre leurs photos, tagger leurs amis et surtout aimer les pages de leurs distractions préférées.

Et ça, les grandes marques et certaines chaînes de télévision le savent très bien. Mais est-ce normal ? A partir du moment où l’âge légal pour s’inscrire sur le site est de 13ans, ne faudrait-il pas limiter également les pages qui les concernent ? Il est clair qu’on ne peut pas interdire à Légo ou Playmobil d’avoir leur page Facebook, d’ailleurs, ils nous diront qu’on peut aimer leur marque à tous les âges. Ce qui est plus inquiétant, c’est de retrouver une page pour « Les Niouzz » (célèbre JT pour enfants sur la RTBF) qui s’adresse uniquement aux enfants. Par cette page, ils postent des informations destinées à leur public qui n’est pourtant pas censé y avoir accès.

Dès lors, nous nous interrogeons sur l’utilité exacte de ces pages : informer les parents ? Peu probable. S’adresser aux enfants ? A la limite de l’illégal… Ou bien, juste avoir une présence sur Facebook « comme tout le monde » ?

Tagué , ,

Une pub rend hommage au vrai meilleur métier du monde

Difficile de rester insensible à cette campagne signée Procter & Gamble en préambule des Jeux Olympiques de Londres. Ce géant américain, papa d’Oral-B, Mr Propre ou encore Pampers, tenait à remercier les mamans.
Dans cette vidéo, différentes mamans du monde réveillent leurs enfants, s’occupent d’eux afin qu’ils puissent vaquer à leurs occupations.Jusqu’à la réussite aux Jeux Olympiques de leurs enfants devenus grands.

Cette publicité intitulée « Thank you mom » rend hommage de manière extrêmement touchante au vrai meilleur métier du monde, qui n’a rien à voir avec un séjour dans une île paradisiaque.

Cent jours avant le début des JO, ces images montrent les plus grandes supportrices des athlètes, leurs mamans, toujours présentes. Le meilleur métier du monde selon P&G, le plus difficile aussi.

Parce qu’elles seront toujours là et qu’elles font le métier le plus génial et difficile à la fois, Procter et Gramble leur dit merci.